News
HORAIRES

ACTUELLEMENT FERMÉ / CONTACTEZ- NOUS DU LUNDI AU VENDREDI DE 8H30 À 17H AU 02 43 67 37 96

Un cas de FPA a été confirmé samedi 15 juin sur un sanglier en Allemagne dans le Land de Hesse (au Sud-ouest de Francfort), sur la rive Est du Rhin. Ce cas est situé à 100

Lors des mobilisations agricoles de début d’année, une des revendications était l’arrêt des surtranspositions franco-françaises. Parmi elles, on trouvait les seuils d’évaluation environnementale, plus bas en France que dans la norme européenne et donc dans

MISE À JOUR : La date limite de désignation d’un interlocuteur agréé du 15/05 a été repoussée au 25 juin, pour tenir compte du décalage de la télédéclaration des aides PAC.. Depuis le 01 janvier

Le Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a annoncé le 28 février dernier, à l’occasion du Salon International de l’Agriculture (SIA), un nouveau dispositif d’aide à l’agriculture biologique à hauteur de 90 millions

Les mobilisations de ces derniers mois nous ont permis d’obtenir l’engagement gouvernemental de modifier l’arrêté « plan d’eau » pour faciliter les retenues hydrauliques en bas de vallon, lorsque l’impact sur une zone humide est

À la fin du mois de janvier dernier, le Gouvernement s’est engagé à simplifier la vie des agriculteurs en allégeant les charges administratives et financières pesant sur eux. S’agissant du gazole non routier, il s’est

Dans le droit fil de la convention  » Prévention et protection des espaces agricoles » contre les incendies signée le 26 avril dernier par les acteurs agricoles (FDSEA, JA, Chambre d’agriculture, Cuma et EDT), les réseaux se sont

A l’issue du résultat du scrutin des élections européennes, le Président de la République a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale. Cette annonce inattendue ouvre une période de grande incertitude pour les Français, et tout

Ce sont plusieurs rencontres au Sommet qu’ont menées ce vendredi 7 juin la FDSEA53, accompagnée des Jeunes Agriculteurs de la Mayenne. A St-Denis-D’Anjou, les deux syndicats ont échangé tour à tour avec le Ministre de

Le mardi 4 juin a eu lieu la journée annuelle des agricultrices. C’est 30 agricultrices de tout le département qui se sont retrouvées pour partager une journée ensemble.  Le bus a pris la direction de

« Après la sidération, la colère gronde chez les producteurs livrant à Lactalis »

Samuel Gouel, responsable de la section laitière de la FDSEA 53 « La méthode de Lactalis ne respecte pas la loi Egalim » 

Lactalis annonçait, le 3 janvier, un prix du lait à 405 euros les mille litres pour ce mois de janvier. Quelle est votre réaction sur ce prix, qui reste identique à celui de décembre 2023 ? 

Samuel Gouel : Je rappellerai d’abord qu’il n’y a pas eu d’accord entre Lactalis et les différentes OP. Lactalis a décidé unilatéralement ce prix-là. Au-delà du prix en lui-même, et comme l’Unell et les autres OP qui travaillent avec Lactalis, c’est bien la méthode qui est condamnable. Elle ne prend pas en compte les coûts de production des producteurs de lait. Ces coûts de production sont normalement a à établir uniquement par les OP et pas par une entreprise. Or, Lactalis a décidé, seule, que ces coûts, en 2024, devaient être quasiment égaux à ceux de 2021.  

Qu’en est-il de l’évolution de ces coûts, si on compare 2021 et 2024 ? 

S.G. : Et bien, entre ces deux années, il y a eu deux années d’inflation et la guerre en Ukraine. Si on prend le cas des carburants, leur prix ont monté, mais n’ont pas rebaissé, ou de très peu. On était aux alentours de 600 €/1 000 litres, aujourd’hui on est entre 980 et 1 000 €/1 000 litres. Si on parle des correcteurs, le soja est encore aux alentours de 450 à 500 € la tonne. De mémoire, on n’était pas à ces niveaux-là en 2021, puisque j’avais des contrats à 380 € la tonne. N’oublions pas non plus l’électricité dont le prix a bien grimpé et qui fait partie de nos coûts. Tout cela pour dénoncer la méthode de faire : ce n’est pas à Lactalis de décider ou de calculer les coûts de production sortie des exploitations des agriculteurs. C’est bien le travail des chefs d’entreprise que nous sommes que de calculer nos coûts de production.  

Pourtant le loi Egalim semblait avoir des retours positifs dans les cours de ferme ? 

S.G. : Oui, jusque-là. Cette année, on peut certes entendre que les prix baissent en 2024 et certaines courbes de prix à l’échelle mondiale vont un peu dans ce sens. Ce qui n’est pas forcément pour nous réjouir. En attendant, dans sa même entreprise, en 2021 et 2022, Monsieur Besnier était capable de payer des éleveurs jusqu’à quasiment 200 € d’écart avec les éleveurs belges. Là, j’aimerais bien qu’il nous explique comment il a fait… Et aujourd’hui, il nous dit « votre prix, il faut qu’il soit à ce niveau-là ». Il y a la loi Egalim, elle doit s’appliquer. Je le répète : ce n’est pas à Monsieur Besnier de donner le prix, c’est aux OP de le faire. À lui, après, de négocier avec les GMS. Les producteurs ont un coût qui doit être respecté. C’est inscrit dans la loi. 

La méthode que vous dénoncez ne risque-t-elle pas de faire boule de neige ? 

S.G. : Oui, car on sait que cette manière de faire est regardée de près par les autres entreprises laitières qui risquent de retomber dans leurs vieux travers, à savoir redevenir des suiveurs…  

Qu’est-ce que le réseau FDSEA entend faire pour faire bouger les lignes ? 

S.G. : Ni l’Unell ni le médiateur n’ont réussi à faire avancer la cause des producteurs. Pour l’instant, les OP de chez Lactalis ne sont pas venues voir les syndicats et c’est dans la logique des choses puisqu’elles étaient en négociation. Sachez qu’ne dénonçant la méthode, nous souhaitons que les OP et l’entreprise se remettre autour de la table de négociation et qu’elles trouvent un accord à l’année, pas au mois. Car il ne faut pas me laisser croire qu’une entreprise comme Lactalis fonctionne au mois le mois, comme elle l’impose aux producteurs. Et je ne parle pas des jeunes installés qui partent sur un projet de développement sur 5 ans et quand ils ne savent pas ce qu’ils vont gagner à la fin de chaque mois… Alors si les OP le souhaitent, nous, à la FDSEA, nous sommes prêts à les soutenir.