News
HORAIRES

ACTUELLEMENT FERMÉ / CONTACTEZ- NOUS DU LUNDI AU VENDREDI DE 8H30 À 17H AU 02 43 67 37 96

Depuis mardi 14 mai, le projet de loi d’orientation agricole (PLOA) est en discussion en séance publique à l’Assemblée nationale. En amont, la FNSEA a remis une liste de 54 amendements. Amendements que la FDSEA

La FNSEA se félicite d’avoir d’obtenu auprès du ministère de l’Agriculture le report de la date butoir des déclarations PAC 2024 au 24 mai inclus. En effet, la FNSEA, alertée par son réseau, a porté

Engagée dans une démarche d’amélioration continue du bien-être animal, la filière viande bovine souhaite réaliser un état des lieux des pratiques en matière d’écornage/ ébourgeonnage, de castration et des modalités de prise en charge de la

Deux arrêtés ministériels concernant l’influenza aviaire hautement pathogène ont été publiés au JORF (voir pièces jointes), tous deux avec une entrée en vigueur au 3 mai. Les deux arrêtés ministériels concernant l’influenza :  Le texte supprime les dérogations aux

Le Parlement européen a adopté les mesures de simplification proposées par la Commission européenne relatives à l’application de certaines dispositions de la PAC, qui avaient également reçu l’avis favorable du Conseil (règlement délégué modificatif pour

Le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé le 27 avril un dernier train de mesures qui doit refermer la séquence de la crise agricole lancée à l’automne et qui avait son paroxysme en janvier-février derniers.

Vendredi 26 avril, le Service départemental d’incendie et de secours de la Mayenne (Sdis 53), la FDSEA de la Mayenne et différents acteurs du secteur agricole ont signé une convention pour la prévention des incendies

Le 24 avril, le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a officiellement lancé le programme Ambition Bio 2027 au cours d’un événement qui réunissait les principaux acteurs du secteur et a permis des

Le guichet fermera le 30 avril mais, il est encore temps de déposer son dossier de demande pour bénéficier de l’aide sur les frais vétérinaires dus à la maladie hémorragique épizootique (MHE). Quelque « 1

Le Parlement européen a donné son feu vert le 24 avril (par 425 voix contre 130 et 33 abstentions) aux propositions de simplification de la Pac (suppression de l’obligation de jachères, assouplissement des règles encadrant

Loi d’orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture

Repoussé à plusieurs reprises, le projet de loi d’orientation pour la souveraineté agricole et le renouvellement des générations en agriculture a été présenté et adopté en conseil des ministres le 3 avril. Il va être transmis à l’Assemblée nationale pour un examen prévu le 13 mai, puis au Sénat à la mi-juin.

Le Gouvernement espère qu’il soit adopté définitivement avant l’été, en tout cas, avant la fin de la session parlementaire (mi-juillet), sans préjuger de l’issue d’une possible commission mixte paritaire qui interviendrait fin juin.

Pondérer les politiques publiques

Que dit ce projet de loi que députés et sénateurs ne vont pas manquer d’amender en commission et lors des débats avec force amendements ? Il reconnaît tout d’abord que l’agriculture représente « un intérêt général majeur (…) en tant qu’il garantit la souveraineté alimentaire de la nation qui contribue à la défense de ses intérêts vitaux fondamentaux ». L’agriculture se trouve ainsi juridiquement au même niveau que l’environnement. Ce qui constitue un rééquilibrage demandé par la profession, qui a vu, ces dernières années de nombreux projets tués dans l’oeuf par le recours abusif de certaines ONG écologistes. En effet, l’environnement a été déclaré d’intérêt général majeur en 1986… Cette nouvelle disposition permettrait de lever certains freins administratifs comme le curage des fossés, la construction de retenues d’eau et de bâtiments d’élevage, la plantation de haies… « Elle permet concrètement d’équilibrer, de pondérer les politiques publiques entre elles », explique-t-on dans l’entourage du ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau.

Guichet unique

Le texte, qui a été validé par le Conseil d’État, comporte plusieurs volets dont un consacré à l’orientation, la formation, la transmission et l’installation. Le renouvellement des générations est en effet le défi majeur de l’agriculture pour les dix prochaines années puisque d’ici 2035, plus de la moitié des agriculteurs partiront à la retraite. Le Gouvernement entend casser « le mur démographique » qui s’avance. « L’objectif est de former plus et former mieux », explique-t-on au cabinet de Marc Fesneau. Le projet de loi prévoit de lancer un programme national de découverte et d’orientation vers les professions agricoles pour « systématiser un instant de découverte » en école élémentaire. Il prévoit également le développement des offres de stages en agriculture et dans les industries agroalimentaires ainsi que la création d’un bachelor Agro (Bac +3).

Concernant l’installation et la transmission, le texte entend rénover la politique actuelle par la création de France Service Agriculture qui constituera le guichet unique d’entrée pour les porteurs de projet et les cédants. Comme le souhaitait Jeunes Agriculteurs, les exploitations feront l’objet d’un diagnostic stress-test, pour confronter leur projet aux conditions climatiques futures de leur territoire, en fonction de la filière qu’ils ont choisie. Pour aider ceux qui ne peuvent pas accéder au foncier, le projet de loi met en place un groupement foncier agricole d’investissement. L’objectif poursuivi par le ministre est d’être sur le rythme d’une installation pour un départ.

« Présomption d’urgence »

Autre volet du texte : la simplification. Sur ce point, « le régime des sanctions pour atteinte à l’environnement, parfois disproportionnées, sera revu », précise un proche collaborateur du ministre. L’idée générale est « de repenser l’échelle des peines et d’être plus dans une démarche pédagogique que dans une logique punitive », explique-t-il soulignant que les excès volontaires seront « naturellement condamnés ». Toujours dans ce domaine, le ministère prévoit l’unification de la réglementation des haies « pour sécuriser les agriculteurs dans leurs pratiques », mais également pour « sauvegarder et développer les haies ». Il prévoit aussi un dispositif de « présomption d’urgence pour accélérer les contentieux sur les projets de retenue d’eau et de bâtiments d’élevage en référé. »

Ce texte sera complété par d’autres dispositions législatives et réglementaires qui sont « à part, hors champ du PLOA », indique le ministère. Cela concerne notamment le calcul des retraites sur les 25 meilleures années, le plan Ecophyto 2030, ou la « mise sous tutelle » de l’Office français de la biodiversité par les préfets.

Au moment-même où se tenait le conseil des ministres, les Républicains auditionnaient la FNSEA avant de recevoir les autres syndicats agricoles.

Florent Renaudier, président de la FDSEA 53 : « Depuis le temps qu’on l’attendait, voilà enfin un premier contenu de cette proposition de loi pour la souveraineté alimentaire et le renouvellement des générations. Pour autant, on ne saute pas au plafond en le lisant car il y a encore une marge de progression par rapport à nos demandes exprimées ces derniers mois. Pour autant, il ne faut pas rejeter le texte, mais plutôt s’en servir comme une base de travail avec nos parlementaires. Car, la FDSEA de la Mayenne, comme l’ensemble des fédérations du réseau FNSEA, sera attentive à l’évolution de cette proposition de loi. Nous sommes des entrepreneurs qui produisons une alimentation de qualité pour tous. A ce titre, nos grands axes que sont la dignité de notre métier, le revenu de notre travail et la considération doivent pleinement se refléter dans cette loi. »